Accueil > Colloques et séminaires > Colloques co-organisés par des membres du Ladyss

1re Journée d’Étude du Groupe de Travail « Biodiversité – Territoires – Sociétés »

2 octobre 2014


Biodiversité : transferts nords-suds-nords. Des perceptions, des diagnostics, et des pratiques.

Lieu : Auditorium du Bâtiment le France, 190-198 avenue de France, 75013 Paris

Organisateurs : Marianne Cohen (ENeC-Paris 4), Jean Gardin (Ladyss-Paris 1)

Cette première journée se déroulera en deux temps.

La matinée traitera de la question : Le Maghreb colonial, Un terrain de jeu pour les forestiers français ? Cette session s’organisera autour d’une présentation critique de l’ouvrage de Diana K. Davis, « Les mythes environnementaux de la colonisation française au Maghreb », paru en 2012 . Cet ouvrage, représentatif d’un certain courant des post-colonial studies, retrace l’horizon idéologique des forestiers (et des scientifiques) français en situation coloniale et questionne la persistance de leurs diagnostics dans les politiques de gestion/protection des forêts (et des milieux semi-arides). Florence Desprest animera la session et le débat où interviendront :

  • Jean-Louis Ballais, Alain Marre et Marianne Cohen, auteurs d’une fiche de lecture critique de l’ouvrage, parue dans la revue Physiogéo, discutant de la pertinence des postures de l’auteur du point de vue de la géographie physique et de l’épistémologie des sciences de la nature et de la géographie physique ;
  • Bernard Lacaze présentera une réflexion critique sur la cartographie et ses usages, appliquée au cas de l’arganeraie au Maroc et du Mont Ventoux en France ;
  • Jean Gardin proposera, à partir d’une analyse des continuités et ruptures des pratiques forestières au cours de la période post coloniale, un regard sur les événements tunisiens depuis 2011 à travers le prisme de la situation de la forêt.

L’après-midi sera consacrée au thème : Les suds, miroirs des nords ? à partir d’une présentation de la thèse de l’effondrement de J. Diamond, et de sa critique par l’Association américaine des anthropologues (Mc Anany et Yoffee Eds, 2010).

Jared Diamond bâtit sa théorie de l’effondrement des civilisations, à partir d’une analyse essentiellement orientée sur des études de cas de pays du Sud, dont l’imprévoyance et la mauvaise gestion environnementale aurait entrainé l’effondrement. Cette analyse vise, comme nous l’explique Diamond, à alerter les pays du Nord sur les effets que leur actuelle imprévoyance environnementale pourrait avoir sur leur propre civilisation. Toutefois, cette analyse n’intègre pas suffisamment les relations de domination entre ces pays et les puissances colonisatrices, ni l’héritage post-colonial, principale critique apportée par les anthropologues.

Cette controverse a été analysée par les éudiants du master EPMS (Environnement, Paysages, Milieux & Sociétés), de l’Université Paris Diderot (promotions 2012-2013 et 2013-2014), regroupés en binômes autour de l’analyse critique d’un cas, tel qu’interprété par Diamond, puis contre-analysé par les anthropologues. Ils présenteront leurs travaux lors de cette session, animée par Marianne Cohen.

Baysse-Lainé Adrien, Patin Rémi. Lecture critique croisée des contributions de J. Diamonds et D. Woodson à l’étude de l’histoire contemporaine des sociétés de l’île d’HispaniolaAlbuquerque Lawrency, Courault Romain, Lecture critique croisée des contributions de Jared Diamond et Christopher C. Taylor à l’histoire récente du Rwanda.

La journée sera conclue par Marianne Cohen et Jean Gardin.

- Pour en savoir plus, cliquer ici.




français      english




Rechercher


Plaquette du Ladyss
PNG - 17.3 ko



Livret des doctorants
PNG - 19.3 ko



PNG - 4.1 ko


JPEG - 6.9 ko


JPEG - 14.3 ko


JPEG - 7.9 ko


PNG - 5.8 ko