Accueil > La lettre du Ladyss

Voeux - Lettre n° 3 - 11 janvier 2011


Ce troisième numéro de la Lettre du Ladyss est l’occasion de partager les vœux avec chacun des lecteurs. Meilleurs vœux donc à vous tous, membres du laboratoire, où se côtoient chercheurs, ITA, enseignants-chercheurs et doctorants, mais aussi à tous ceux, associés ou non, qui travaillent avec nous ou qui sont lecteurs de cette lettre que l’on doit, rappelons-le, à Florence Daniel et à Béatrice Moëllic. Ce travail d’information et de mise en réseau est important et je tiens, en votre nom, à les remercier.


Cette nouvelle année est placée sous le signe du renouvellement de notre contrat de laboratoire. C’est-à-dire que, très rapidement, il nous faudra commencer à réfléchir sur l’orientation future de notre projet collectif. Celui-ci est fait de petites et grandes opérations de recherche dans un environnement stimulant mais aussi incertain. L’appartenance du LADYSS à 2 GIS d’importance (le Collège international des sciences du territoire et le GIS Climat-Environnement-Société) témoigne de notre engagement dans les questions vives de la société comme de la recherche, et notre présence significative dans les LABEX et les EQUIPEX est le reflet de la place du laboratoire dans la reconfiguration des dispositifs de recherche en Île-de-France. Ces nouvelles inscriptions institutionnelles ne doivent pas occulter la diversité de nos projets à laquelle notre organisation par axes donne une visibilité nécessaire et légitime.


Notre organigramme se modifie, comme chaque année. Nous avons intégré 1 chercheur(e), Anne Sourdril, et 5 enseignants-chercheurs : Andrée Kartchevsky, professeur à l’Université de Reims, Petia Koleva, maître de conférences à l’Université Paris 7, Johan Milian, maître de conférences à l’université Paris 8, Bezunesh Tamru, professeur à l’Université Paris 8, Marion Tillous, maître de conférences à l’Université Paris 8. Anne-Marie Lavarde, ingénieur de recherche au CNRS, a demandé son rattachement, et nous espérons un recrutement de technicien en gestion administrative pour le site de Paris 1, orphelin de ce poste depuis le départ d’Annie Gaulon. Nous leur souhaitons la bienvenue.


Comme chaque année, l’heure des bilans amène aussi à faire l’inventaire des départs à la retraite : Michel Robert, ingénieur d’études, Michèle Petit, ingénieur de recherche qui a eu l’honorariat, Magda Zanoni, maître de conférences de l’Université Paris 7, ces deux dernières continuant de mettre leur énergie et leurs compétences au service d’une recherche tournée vers l’action.


Enfin, on ne peut que souhaiter que parmi les 4 jeunes docteurs qui ont opté pour le LADYSS dans le cadre du futur concours d’entrée au CNRS (3 en section 39, 1 en section 36), une relève se dessine.


Au travail donc, en faisant en sorte que notre solidarité interne nous permette de faire face collectivement à un contexte de recherche et d’enseignement, stimulant certes, mais parfois difficile, en particulier pour ceux qui, parmi nous, sont en situation précaire.


Jean-Paul Billaud
Directeur du LADYSS



français      english




Rechercher